Archives de catégorie : académie

Pierre ESPLUGAS Président d’honneur

ACADEMIE DU LANGUEDOC

Séance solennelle d’automne  2023
Salle des illustres du capitole de Toulouse
mardi 12 décembres 2023

 Éloge de Pierre ESPLUGAS-LABATUT

  Pour sa nomination Président d’honneur
de l’Académie du Languedoc

 Par le Heni Cousse, président de l’Académie
——————-

Cher Pierre Esplugas-Labatut, vous êtes né le 5 Mai 1966, vous êtes encore très jeune pour un Académicien, trop jeune pour être retraité, donc peu disponible … mais malgré vos 57 ans, vous avez un double parcours exceptionnel, qui justifie cette présentation comme Président d’honneur.

Donc vous êtes un vrai languedocien né à Toulouse ayant effectué vos études au Lycée Saint Sernin puis à l’Université de Toulouse faculté de droit.

         En droit public ; Maîtrise 1988 – mention bien
         Diplôme Institut études politiques – mention bien
         DEA droit public 1990 major et mention bien. Vous êtes un brillant étudiant d’autant que la mention bien c’est 15 et plus !
         Doctorat en droit très honorable, félicitations du jury en 1993.

Ces titres et vos travaux, vous permettent d’être habilité à diriger des recherches et vous êtes aussi auditeur diplômé de l’Académie de droit constitutionnel à TUNIS.

Votre père est Catalan, c’est une source culturelle riche, vous avez œuvré 2 ans en Auvergne, riche en traditions.

C’est toujours à Toulouse que vous exercez et résidez. Vous êtes sans réserve, un vrai et fidèle Languedocien.

Alors Sardane ? Bourrée ? ou Quadrille ?

Profession : « Enseignant-chercheur »

En 30 ans de carrière depuis 1993 comme Professeur de droit public, vous avez tellement de références relatives à des publications, ouvrages individuels ou codirigés ; fascicules, articles, communications et notes (18 pages, 200 rubriques) avec aussi des séminaires, de la formation professionnelle, les jurys des concours et ceux des thèses (35 de 1998 à 2023).

C’est rédhibitoire de vouloir résumer et exposer les grandes lignes de ce parcours, heureusement que vous n’avez que 30 ans d’activités en droit.

J’ai consommé l’encre de mon imprimante pour le tirage de votre CV.

Ceux qui souhaitent plus d’information, peuvent le consulter ! par exemple les mots clé :

Conseil constitutionnel, service public, droit public… Elections dont sénatoriales, retraites, grèves dans les transports, les raffineries, le ramassage des ordures pouvoir de réquisition. C’est 3 cas de nuisances optimales avec sabotage économique… Encore l’élu local protection juridique.

Enfin un titre personnalisé « les tourments d’un Elu en charge de politiques culturelles (du vécu) !

Remarques : 72 articles en 30 ans, mais 16 au cours des 2 dernières années 2022-2023. Vous accélérez au lieu de ralentir.

Pour résumer cette activité professionnelle, vous êtes enseignant, cours, thèses, conférences et chercheur en droit, avec de multiples publications (72) et 12 contributions à des ouvrages etc etc.

Cette maîtrise du droit, votre large ouverture à des thèmes multiples d’actualités brulantes ont permis de vous confier des mandats électoraux.

Attaché à Toulouse vous avez été élu adjoint au maire de 2014 – 2020, puis nouveau mandat en cours, depuis 2020. Vous pourrez nous recevoir lors de nos séances salle des Illustres et c’est avec plaisir que je vous cède la Présidence.

Faisons le tour de vos actions complémentaires, vous aimez communiquer.

  • Journaliste politique à Télé-Toulouse 2001 à 2008
  • Conseiller politique en charge de la communication au cabinet du Maire de Montauban.

Vous avez aussi quitté provisoirement Toulouse pour être professeur de droit public à Clermont Ferrand 2013 à 2015 et depuis 2015, vous êtes à l’Université Toulouse 1- Capitole avec une large palette : Professeur de : droit public, droit constitutionnel, droit administratif, droit des services publics… et vous avez les Palmes Académiques, il est temps de devenir Officier, c’est bien mérité.

Revenons à vos mandats d’adjoint au maire en charge des Musées, de l’Art contemporain de l’Image (télévision, cinéma, photos) et des affaires juridiques, vous êtes porte-parole du groupe Aimer Toulouse et en outre conseiller à Toulouse Métropole, c’est dans le cadre de cette responsabilité que j’ai pu vous rencontrer au Bascala à Bruguiéres.

Vous êtes hyperactif, c’est sur cette affirmation que je terminerai cet éloge d’un Professeur de droit engagé dans la vie publique et qui doit laisser de côté ses passions par manque de temps. 

J’ai noté votre amour des trains et du rugby.

Je vous demande d’accueillir comme Président d’honneur, le Maire adjoint, le Président Esplugas-Labatut et d’applaudir pour sa réception.

Général Jean-Paul RAFFENNE Président d’honneur

  ACADEMIE DU LANGUEDOC

Séance solennelle d’automne  2023
Salle des illustres du capitole de Toulouse
mardi 12 décembres 2023

 Éloge du général de corps d’armée Jean-Paul Raffenne

  Pour sa nomination Président d’honneur
de l’Académie du Languedoc

                      Par le Dr Jean-François Gourdou, secrétaire perpétuel
——————–

Monsieur le maire de Toulouse Francis Grass

Encore tous nos remerciements pour votre accueil dans cette magnifique salle,

Chères consœurs, chers confrères, chers lauréats,

Mesdames, messieurs, chers amis de l’Académie du Languedoc

 

Monsieur le général Jean Paul Raffenne, cher ami.

L’Académie du Languedoc a le plaisir et l’honneur de vous nommer président d’honneur de notre Académie, au vu de vos grandes qualités, continuant une longue tradition de parrainage de l’Académie par des personnalités amies du Languedoc.

D’une part pour votre carrière militaire exceptionnelle de General de corps d’armée quatre étoiles, que nous allons présenter.

Et d’autre part pour votre installation en Languedoc, qualité nécessaire pour l’Académie, justement du Languedoc, cela en plusieurs étapes jusqu’à votre domicile actuel au centre de Toulouse.

Toutefois vous êtes originaire de la langue d’oïl du nord, d’un petit village Le Puix  au pied du Ballon d’Alsace, sur l’ancienne frontière franco-allemande de 1871 à 1919. Vous vous plaisez à dire que vous été né un 11novembre 1944, qui fut une date décisive de la bataille des Ardennes à la fin de la 2éme  guerre mondiale, ce qui a pu influencer votre vocation militaire, le colonel Denfert -Rochereau ayant sauvé la ville de Belfort proche de votre village.

Apres de brillantes études à Belfort, vous intégrez à Paris la célèbre Ecole du Prytanée militaire la Flèche, pour préparer l’école Spéciale militaire de Saint Cyr- Coëtquidan, ou vous êtes admis en bonne place. Apres cette dure école d’officier parachutiste, avec toutefois de belles parades en grand uniforme et bicorne, sous la direction du général de Boissieu, vous sortez dans un bon rang ce qui  vous permit  de choisir votre affectation. Vous optez alors pour le corps d’élite des Troupes de Marine, équivalent des Marines Américains.

Aout 1968, votre première affectation sera  Castres, ainsi premier signe  du destin, vous choisissez déjà le Languedoc, pour le 8 ème RPI, Régiment Parachutiste d’infanterie de Castres,   célèbre régiment  illustré à Dien Bien Phu en Indochine  et ensuite en Algérie, régiment devenu professionnel en 1970.

Mai  1970 Nomination Lieutenant. première grande mission le Tchad à la tête d’un commando de 40 parachutistes volontaires vous rejoigniez   Fort Lamy pour soutenir le 3 eme régiment  inter armes d’outre-mer  pour contenir la rébellion d’ Hissane Habré,  aidé par le colonel Khadafi. Ce fut  un succès mais avec de durs combats avec des embuscades dans le désert brulant .Ce fut pour vous une expérience exceptionnelle de responsabilité  militaire et humaine qui fera  de vous un officier apprécié et respecté par toute  la hiérarchie militaire.

Vous allez ensuite avoir  de nombreuses autres  affectations à responsabilités de combattant

1972 Pau instructeur Moniteur à l’Ecole des Troupes Aéroportées du parachutisme en chute libre

1973 Nomination, Capitaine

 1975   Comores Compagnie de combat pour couvrir l’indépendance des iles

1976 en mai Saint Pierre de la Réunion. Adjoint au chef de corps du 21 eme Régiment d’Infanterie de Marine.

1978 Nomination Commandant Toulouse Palais Niel   deuxième signe du destin.

Puis  Sud Liban, officier de renseignement dans la Finul des casques bleu,

1983 et 1985 Paris  cours à l’école supérieure de guerre, Breveté de l’école supérieure de guerre.

1986 Djibouti Commandant en second du 5 ème régiment inter armes d’outre-mer

1987 Paris Professeur  à l’école supérieure de Guerre inter armées, Paris

I987  Nomination Colonel

 1988 Retour à Saint Pierre de la Réunion, commandant le 21 ème régiment Parachutiste d’infanterie de marine. Mission Comores. Vous avez réalisé depuis la Réunion un exploit extraordinaire avec un  Raid  parachuté  unique pour extraire les mercenaires de Bob Denard qui avaient pris le pouvoir après l’assassinat du  président.

 

 

  1990 vous allez alors changer complètement en  devenant administrateur

Paris Convocation au ministère des Armées

En effet le ministère des Armées avait constaté que après vos exploits de combattants vous n’aviez pas eu encore  de poste dans l’Administration centrale des armées aussi  on vous proposa un poste à Paris au ministère.

  USA Fort Leavenworth Kansas  Refus de votre part,  aussi proposition d’un poste D’ Officier instructeur  de liaison aux Etats unis au Centre d’intégration interarmes du grand complexe militaire américain. Lors de la guerre du Koweït  collaboration avec les américains pour  la tenue des soldats Etudes de l’Us Army. Visite de général Cot Aux Usa félicitations

1994 Nomination General de Brigade 2 étoiles. Nomination à Paris puis  Ambassadeur de France attaché militaire à Washington.

1996 Guerre des Balkans, corps de réaction rapide de l’OTAN, Patron du bureau plan politique de la force de stabilisation en Bosnie Herzégovine

1997 Directeur des relations internationales de l’état-major des Armées puis sous-chef d’état-major

1998 Nomination General  de Division 3 étoiles. Directeur sous-chef d’état-major des armées en charge des relations internationales.

2000 Bruxelles Proposition d’une défense européenne avec le Président Français  Jacques Chirac, et le 1 er ministre anglais Tony Blair

2000 Nomination Général de corps d’armée 4 étoiles.

Tampa Floride pour l’Afghanistan, opération Héraclès, liaison avec le Commandant Américain

2002 ROME élu pour 3 ans Commandement du collège de Défense de l’OTAN à Rome

 2005 -2009 Allemagne Garmisch Centre américain  d’études   et de sécurité Georges Marshall

 

  1. Disponibilité, 3 ème retour à Toulouse

Aussi vous avez eu toutes les décorations françaises et encore celles du Tchad, des USAet de l’OTAN. Commandeur de la Légion d’Honneur, grand officier de L’ordre du Mérite, officier de la légion of Mérit américaine….

Mais toujours très actif vous devenez professeur à l’université Capitole à l ‘Institut d’études politiques de Toulouse.

Et membre de plusieurs associations : Ambassadeur du vin de Fronton, compagnon de la table ovale du rugby à 13, membre de l’Académie Toulousaine des Arts et Civilisations d’Orient et ce soir président d’honneur de l’Académie du Languedoc.

 Quelle fabuleuse carrière, vous êtes vraiment un homme d’exception, un grand militaire, un temps baroudeur puis un grand chef d’état-major international, Franco -Anglo – Américain, un homme d’action, de réflexion, d’ouverture et d’humanité.

Applaudissons notre nouveau Président d’Honneur de L’Académie du Languedoc

Recevez votre diplôme d’appartenance, Félicitations.

Docteur jean- francois Gourdou, secrétaire perpétuel

 

 

 

 

 

 

Prix R. BORDE 2023 à Aude ERMET

ACADEMIE DU LANGUEDOC

Séance solennelle d’automne salle des illustres du capitole
Mardi 12 décembre 2023 de 17h à 20 h

Prix du scénario Raymond BORDE 2023

À Madame Aude ERMET
pour « Un verre de rosé, très clair, très frais »

Par Maryse CARRIER (52ème fauteuil)
———————

Monsieur le Maire, Monsieur le Président et Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie du Languedoc, chers Académiciens, chers amis.

          Mme Aude Ermet, vous êtes issue d’une très ancienne famille toulousaine, la famille Marcassus de Puymaurin, qui fut très présente dans de multiples domaines.

 Après des études à l’IEP de Toulouse et à l’Institut Pratique du Journalisme de Paris, vous devenez tout naturellement journaliste. Puis vous vous investirez dans la politique, devenant attachée parlementaire et en intégrant dès 2006 le cabinet du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, auquel vous resterez fidèle. Depuis 2015 vous êtes chef du Protocole de la ville de Toulouse et de Toulouse Métropole.

 Par ailleurs vous êtes mariée, mère de trois enfants, mais vous vous  consacrez également à la peinture et vous avez récemment rédigé une saga romanesque, titrée :

 

             « Un verre de rosé, très clair, très frais », composée de  quatre tomes intitulés « Toscane » qui (petit clin d’œil) œuvre à la mairie de Toulouse, « Céline »,  « Sylvie » et enfin « Sébastien ». 

            Or il s’agit en réalité d’un scénario en quatre parties, aux didascalies amplement détaillées qui précèdent des scènes brèves aux dialogues riches en humour, sensibilité et émotions.   

              Chaque volume est l’histoire de « rencontres improbables, de destins inattendus », où se côtoient bonheurs et traumatismes, ressentiments et joie de vivre malgré déceptions, accidents, « non-dits, vérités douloureuses et parfois heureuses » lorsque s’invite bien sûr l’amour, thème ô combien récurrent !

            Mais toute cette œuvre est imprégnée d’un autre sentiment intense, celui d’une indéfectible amitié, parfois même transgénérationnelle, qui soude fidèlement les quatre principaux personnages depuis leur adolescence.

              Et ce groupe n’est-il pas toujours prêt à savourer au Café toulousain Numéro C « Un verre de rosé, très clair, très frais », ce rituel revenant constamment comme le symbole de leur immarcescible esprit de solidarité, d’entraide et de soutien à toute épreuve ? Car tous sont animés du sentiment d’appartenance à une même famille, seule apte à faire éclore en chacun cette « force vitale » si chère à Nietzsche, en vue de l’accomplissement de ses rêves.

              L’auteur nous conduit d’autre part de Toulouse à deux villages de prédilection de tous les protagonistes, La Romieu et Lavernose (que vous connaissez bien et où est même prévu le tournage d’un film avec… Vincent Leridon, ami de Francis Cambrel et d’un certain Babrucker !), mais nos héros se rendent également dans bien d’autres villes en France et à l’étranger, et même jusqu’à la mystérieuse Taormine !

            

              Or au-delà des sentiments que je viens d’évoquer, il émerge de cette œuvre un autre amour, un amour infini pour notre belle région du Sud-Ouest et sa « vraie chaleur humaine », sa gastronomie hautement succulente, un amour pour notre Ville Rose et sa douceur de vivre, avec fréquemment son brin de romantisme.

 Ces quatre volumes sont sans conteste un hymne bienveillant à ces Toulousains décrits comme créatifs, dynamiques, souvent très généreux et dont vous avez su donner une image positive, authentique reflet de vos propres sentiments, que nous ne pouvons que louer.

 

              Je conclurai en disant, Mme Ermet, que vous êtes une belle personne, à l’image de cette héroïne Mathilde disant tout simplement : « Que c’est beau de voir des gens heureux !». Mais elle aurait pu citer, comme vous d’ailleurs, cette pensée de Confucius : « Le bonheur n’est pas toujours dans un ciel éternellement bleu. Mais dans les choses les plus simples de la vie ».   

             Ces quatre scénarios, où le lecteur adhère avec bonheur à des sentiments authentiques et profonds, à des « valeurs respectueuses des traditions », n’attendent donc plus qu’un réalisateur ! Mais qu’il se manifeste le plus tôt possible !

 

           Madame Ermet, au nom de l’Académie du Languedoc, c’est un grand honneur pour moi de vous offrir sous nos applaudissements le prix du scénario Raymond Borde !

Jacques ANDRIEU 12-12-2023

Jacques ANDRIEU membre associée

12 décembre 2023
Salle des Illustres au Capitole TOULOUSE

Présentation par Maryse Carrier (52ème fauteuil)
———————

Monsieur le Maire, Monsieur le Président et Monsieur le Secrétaire perpétuel de l’Académie du Languedoc, chers Académiciens, chers amis.

           Dimanche 2 décembre 2023 à Saint-Orens de Gameville : « Carte blanche » était donnée à Jacques Andrieu sur la scène d’Altigone à l’occasion de son départ à la retraite en tant que directeur de l’Ecole municipale de Musique, dont la réputation n’a cessé de grandir en partie grâce à lui. Mais nous savons que notre talentueux directeur-clarinettiste a bien du mal à quitter sa fonction ou plutôt ses fonctions.

          Il faut dire que la vie de Jacques Andrieu a été depuis toujours entièrement vouée à sa passion, la musique et à la clarinette en particulier, dont ce Tarnais d’origine, selon un parcours classique, a approfondi l’étude tout d’abord au conservatoire de Toulouse puis à Paris auprès d’éminentes personnalités du monde de la musique.

Grâce à son remarquable talent, il obtint d’une part plusieurs premiers prix (en clarinette, orchestre, pédagogie, direction d’orchestre) mais également le certificat d’aptitude aux fonctions de professeur chargé de direction.

Ce qui lui ouvrit les portes de la transmission à l’école de Musique de Saint-Orens, qu’il dirigera 38 ans durant avec le même enthousiasme que celui qu’il déploiera en tant que professeur de clarinette auprès des élèves de Saint-Orens et des conservatoires de Toulouse et de Pau.

Mais la pédagogie active de Jacques Andrieu se diffusera avec allant dans toute la ville de Saint-Orens. C’est ainsi que l’organisation de « Douze pianos collectifs sur la scène d’Altigone » attirera l’attention du célèbre compositeur hongrois, Gyorgy Kurtag, qui invitera ses élèves à une masterclass éblouissante !

Fort louable et fructueux fut encore son partenariat avec les écoles maternelles, élémentaires (notamment dans une classe ULIS) et un collège de Saint-Orens, afin de susciter très tôt chez nos jeunes le désir de la découverte des vertus de la musique.

          Personne ne sera surpris si je précise que les 1500 élèves ou plus de Jacques Andrieu ont toujours bénéficié d’une formation de haut niveau. Certains ont même atteint un niveau exceptionnel d’excellence, quatre étant en effet devenus concertistes dont un n’est autre que notre brillant guitariste saint-orennais Thibaut Garcia, récemment honoré par l’Académie du Languedoc et récent vainqueur des Victoires de la musique.

Or Jacques Andrieu, ne l’oublions pas, donne lui aussi fréquemment des concerts non seulement en Occitanie, mais aussi dans l’Europe entière au sein d’un orchestre, d’un ensemble de clarinettes, ou en musique de chambre et parfois en soliste.

          Je dois encore souligner l’engagement fidèle de Jacques Andrieu auprès de l’ensemble des domaines culturels de la ville de Saint-Orens, en lien direct avec la municipalité ou avec des associations, heureuses de trouver ainsi un éminent partenaire au sein d’une complémentarité culturelle et artistique.

          Et je terminerai ce tour d’horizon professionnel et musical en précisant que notre concertiste a également occupé des postes de responsabilité dans le cadre de nombreuses missions d’expertises.

           Nous tenons donc à féliciter Jacques Andrieu pour son talent, son dévouement, sa bienveillance et l’Académie du Languedoc se réjouit de l’accueillir aujourd’hui en tant que Membre associé !

Remerciements Michel MONSARRAT 28-11-23

Hommage au Doyen Chanal – Le 28 Novembre 2023

par le Docteur Michel Monsarrat (56ème fauteuil)
—————–

Madame la Sénatrice
Mesdames, Messieurs le Académiciennes et Académiciens
Mesdames, Messieurs

Nous sommes ici dans ce haut lieu de l’histoire de notre pays à l’invitation de Madame Micouleau Sénatrice de la Haute Garonne, que je remercie vivement pour l’honneur qu’elle nous fait. Mes remerciements vont bien entendu très cordialement à notre Président, Monsieur Henri Cousse, à Monsieur le Secrétaire Perpétuel JF Gourdou et bien sûr à tous les Membres du bureau.

Au moment de lui succéder, rendre hommage à Monsieur Jean Louis Chanal est un privilège.

Je vais tenter avec ma meilleure inexpérience de vous dire en quelques minutes, au-delà des réalités incontournables, ma perception toute personnelle de l’événement et de l’honneur qui m’est offert de prendre pareille succession.

Monsieur, ce 56ème fauteuil vous était attribué en 1999 à la suite de Monsieur Hubert Barbe, Montpelliérain d’adoption. Cette « veine » se prolonge virtuellement, par mon entremise, puisque mon père a fait la plus grande partie de ses études de pharmacie à Montpellier, je suis donc ainsi ce jour devant l’agréable mission de rappeler l’exceptionnelle densité de votre vie.

Vous avez fait, Monsieur, vos études de pharmacie à Montpellier, vous êtes titulaire

  • D’un DESS de physique,
  • Licencié en sciences,
  • Titulaire d’un Doctorat universitaire de pharmacie,
  • Professeur à la Faculté,
  • Doyen de la Faculté de pharmacie, directeur de l’UFR des sciences pharmaceutiques et Biologiques.
  • Directeur de l’institut Universitaire professionnalisé d’ingénierie de la santé.
  • Expert en pharmacocinétique
  • Vice-Président du conseil des études et de la vie Universitaire
  • Chargé de mission pour la conférence des Doyens
  • Administrateur du Musée de la pharmacie à Montpellier
  • Vous avez reçu le prix Hebrard en 1968
  • Vous êtes Chevalier des Palmes Académiques depuis 1976 et
  • Officier dans le même Ordre depuis 1981.

Revenant à des considérations personnelles et donc subjectives, comme je vous l’indiquais, j’ai eu par mon père, une attache très affective avec la Faculté de pharmacie de Montpellier, dont il n’a cessé sa vie durant, de clamer les grandes vertus : la plus « Noble », la plus connue, la plus « reconnue », elle était alors la plus ancienne et donc, bien sûr, tout porte à croire qu’elle l’est restée !

Il y avait, très proche, un jardin botanique exceptionnel et tout autour une ville superbe, éclairée par un soleil éternel !…

Les moments de sa vie rattachés à cette légende Montpelliéraine sont inscrits et brillent encore dans ma mémoire.

Il y avait donc ce lieu de « souvenirs » totalement inaccessibles, car si magnifiques et lointains. Il y avait donc ce lieu « improbable », selon la terminologie actuelle et le reste du monde, dont nous faisions presque partie et que mon père avait dû sans doute, adopter un peu malgré lui et sans retour !…

En effet, poussé par des voies, des canaux moins scientifiques, mon père avait conclu un pacte d’Amour avec une étudiante en pharmacie Toulousaine et j’étais c’est incontournable, un des futurs maillons de ce pacte…

Ma jeunesse s’est inscrite dans les méandres et les mystères de la pharmacie où mes parents avaient établi le futur de leur vie, dont à l’évidence je tenais déjà une part importante.

Ainsi devait m’accompagner jusqu’à ce jour, le souvenir du parfum, des odeurs des « simples » ces médicaments d’avant la chimie, d’avant les laboratoires, d’avant même l’Ecologie !…

Devaient également m’intriguer ces endroits secrets, presque interdits où s’ouvraient des tiroirs immenses où s’impatientaient des petites boîtes aux noms circonspects et leurs trésors nouveaux ; « les SPECIALITES », ces « médications » que seuls les docteurs en médecine pouvaient ordonner, tant leur « cherté », leur dangerosité, leur spécificité exposaient potentiellement à des déconvenues, plus à des catastrophes voire même à des représailles devant les tribunaux !

Nous touchions là aux travaux à venir du Professeur Chanal en pharmacocinétique.

Et c’est ainsi que peut-être, très inconsciemment, trahissant l’Officine et ses grandeurs, je m’orientais naïvement vers ceux, les « Prescripteurs » qui devenaient en quelques sortes des Chevaliers, les Aventuriers des temps modernes…

Quelques années plus tard, au prix des tribulations Universitaires en vigueur, je devenais Médecin et pire encore : Chirurgien.

Depuis, le temps est passé avec lui, la vie, la si belle vie s’est « augmentée » : L’Amour, Régine, ma très chère épouse à qui je dois tant… presque tout, nos enfants, nos petits-enfants…

Avec la vie, passe aussi la gomme du temps, celle qui efface, qui supprime : amis, grands-parents, parents… Celle qui fait grandir, puis vieillir et même parfois, dans quelques cas, mourir.

Mais cela ne concerne qu’un petit nombre d’entre nous…

Ensuite comme l’a si bien dit mon parrain Henri Cousse, après la chirurgie, j’ai mal « tourné », je me suis mis à écrire, à peindre, je suis même entré « en politique », suprême altération de l’âme.

Depuis, mon cerveau à même creusé des trous et nous voici ce jour à cheval, entre le dit et le non-dit, entre l’être et le néant, des trous de vie, du temps passé, de mémoire éteinte qui sont autant de médailles parfois superbes, que le hasard vieilli offre à un futur de plus en plus illusoirement incandescent. Fort heureusement vous me donnez la possibilité de prendre un peu de repos dans ce 56ème fauteuil.

C’est ainsi, Monsieur, que j’adresse à votre présence virtuelle, l’hommage que mes parents vous auraient sans doute servi, avec plus d’authenticité. Néanmoins, comme mon parrain l’a très généreusement évoqué, j’y ajoute cette part d’irrationnel que le destin m’a confié : poétique en mots et en images.

Le poète et le peintre assortis d’un ancien chef de service en chirurgie des Hôpitaux, d’un ancien élu de Castres, du Tarn et de Midi Pyrénées qui vous parle avec ses mots et son cœur, avec l’espoir d’être un futur et digne successeur de ce 56ème fauteuil et d’y incarner le fruit d’une histoire « commune » qu’il nous est donné de partager, une histoire où les hasards et les destins se croisent et se rejoignent avec leurs précautions, leurs illusions, leurs fantaisies et surtout : leur autorité céleste.

Michel Monsarrat

Prix Albert CAMUS 2023

ACADEMIE DU LANGUEDOC

Séance solennelle d’automne salle des illustres du capitole
Mardi 12 décembre 2023 de 17h à 20 h

Prix Albert Camus 2023

À Monsieur Roland de Malherbe

Par le docteur Jean-François Gourdou, secrétaire perpétuel
———————

Monsieur le Maire

Chères consœurs, chers confrères, chers lauréats, chers amis de l’Académie.

Mesdames messieurs.

Le prix de littérature et d’histoire Albert Camus 2023 a été attribué à Monsieur Roland de Malherbe pour son magnifique livre de 490 pages avec photographies d’époque  nommé : « Un Préfet de la troisième République en terre d’Algérie » aux éditions l’Harmattan, Paris.

D’une part vous êtes bien Languedocien par votre naissance à Mazamet dans le Tarn, dans votre famille maternelle, la célèbre famille Cormouls-Houles de l’industrie du délainage. Toutefois votre père était d’origine Normande.

Vous avez fait de bonnes études à Soréze et à Mazamet, puis à la Faculté de Droit à Toulouse et à Paris, en obtenant la licence en Sciences Economiques en 1969, le diplôme des Ecoles pratiques des Hautes Etudes et une Thèse justement sur le délainage à Mazamet.

Vous avez eu ensuite une carrière internationale, successivement :

De 1971 à 1990 dans plusieurs Banques. La Banque de l’Union Maritime et Financière à Paris, la City Bank au Pirée et à Paris, la Saudiinternational Bank à Londres  comme Directeur Europe  et le Crédit Lyonnais UK à Londres comme directeur général.

De 1991 à 2002 comme Conseil en recrutement de cadres dirigeants à Paris.

Et depuis 2002 Gérant de 2 Groupements Forestiers dans la région du Tarn sud, Administrateur d’un syndicat forestier et Conseiller du centre régional de la propriété forestière à Toulouse.

 

Mais vous avez aussi vécu à 2 reprises en Afrique du nord, une première fois avec votre père au Maroc, puis en Algérie comme coopérant à Annaba,

C’est ce qui vous a donné l’envie d’écrire la Biographie de votre arrière-grand-père Henry de Malherbe Préfet d’Oran de 1893 à 1908, date de sa mort à Oran, dans la préfecture, dont vous décrivez le dénouement dramatique.

Votre livre est très intéressant et précis, d’une belle écriture, rompue dans l’art d’écrire une biographie.

Vous avez disposé, d’une part d’archives familiales, mais aussi de vos recherches à la BNF Gallica, retrouvant les journaux de l’époque à Oran.

Vous précisez d’une part la généalogie et la vie de la famille de Malherbe en Normandie.

Et d’autre part surtout la vie du préfet Henry de Malherbe au début de sa vie, puis de sa carrière atypique, surtout pendant ses 15 ans à Oran en Algérie, durée exceptionnelle pour un préfet.

Les années 1900 ont été une période historique très riche, à Oran en particulier.

Avec le mélange de plusieurs communautés locales arabo-berbère et israélite et coloniales espagnoles surtout française. Le lecteur apprendra de nombreux épisodes, qui sont peu connus du grand public.

De même avec l’histoire des rapports avec le Maroc et l’installation du protectorat avec le général Lyautey.

Au total très beau et grand livre historique, très intéressant, pour ceux qui sont intéressés par l’histoire de l’Algérie en général, et d’Oran en particulier.

Félicitations, Roland de Malherbe, recevez votre diplôme de grand prix d’histoire 2023 de l’Académie du Languedoc.

DrJF.Gourdou.

Laurent ARLET 12-12-2023

Laurent ARLET membre associé

12 décembre 2023
Salle des Illustres au Capitole TOULOUSE

Présentation par Bernard POUILHES (29ème fauteuil)

—————

Cest une tâche bien difficile que de vouloir en trois minutes à peine résumer un parcours de vie aussi riche et complet que celui de notre nouveau membre associé quest Laurent ARLET.

Cest un jeune septuagénaire fraîchement retraité qui a la particularité davoir mené de front, et à bien, trois vies très intenses.

Votre vie civile, mon cher Laurent commence en 1950 ; suivant les traces familiales, vous ferez des études de médecine, et vous exercerez donc votre vie durant le métier de rhumatologue en libéral, attaché à la clinique du parc à Toulouse. 

Très investi dans votre vie professionnelle vous exercerez aussi les fonctions de secrétaire général de lordre des médecins, et vous interviendrez également à la chambre  disciplinaire régionale de lordre des médecins.

Vous et votre épouse, Magali, avez cinq enfants et 16 petits-enfants;  une vie bien remplie !

Parallèlement, vous avez mené une vie musicale très prenante en qualité de musicien  au sein de la formation, le « toubib jazz band » Dont vous avez été un des fondateurs; Vous y exercez les fonctions de batteur, ce qui vous a valu  le surnom flatteur : « « Ringo Starr dOccitanie »

Votre orchestre a enchanté, et continue de le faire,  beaucoup de soirées festives toulousaines, de soirées médicales, revue de linternat de médecine, et également revue des avocats de Toulouse, mais aussi à participé à de nombreux festivals de jazz en France; activités prenantes et exigeante, en terme de répétition et en déplacements. Nombreux dans cette salle sont ceux qui connaissent vos talents musicaux, et que vous avez enchantés;  une deuxième vie, également, bien remplie !

Et en complément, vous avez également une troisième vie, cest celle qui nous intéresse particulièrement aujourdhui, jai parlé de votre vie de photographe.

Depuis toujours, vous êtes passionné de photographie et vous avez été três actif dans ce domaine.

Je note que lune de vos premières expositions photographique aura lieu à la Fnac en 1985, vous aviez alors 35 ans ; elle sera suivie de beaucoup dautres avec des expositions dans des lieux prestigieux : aéroport de Toulouse-Blagnac, Airbus-industrie, hôpital de Rangueuil. Vous avez légalement fait une exposition très prisé dans la basilique Saint-Sernin, où vous avez exposer une série de photos, intitulé « passion ».

En complément de vos expositions personnelles, vous allez participer très activement, à de nombreuses expositions collectives, à la galerie du Château-dEau par trois fois au conseil général du Tarn-et-Garonne, à la biennale dArt contemporain de Cahors et remporté de nombreux prix.

Jai noté que vous aviez participé à 25 expositions, mais votre activité photographique ne sarrête pas là puisque vous avez également réalisé les illustrations et photos de couverture dune  dizaine douvrages dart ou dhistoire consacrés à Toulouse, dont une parie rédigée par votre père, le Professeur Jacques Arlet.

Unanimement reconnu par le monde de la photographie, vos œuvres ont été achetées par les sociétés Airbus, aérospatiale, crédit mutuel, clinique du parc, clinique Pasteur, conseil de lordre ainsi que divers hôpitaux ; 

votre notoriété vous a enfin amené à être pendant quelques années Président de la Lassociation P À C E. (Photographie  Au Château d’Eau) une 3ème vie elle aussi bien remplie et aussi prenante que les deux autres ! 

Et maintenant que vous êtes retraité de vos fonctions médicales, pour combler ce nouveau vide  vous  voilà depuis 2020, correspondant de presse, de la dépêche, du Midi. On peut maintenant lire les articles que vous rédigez dans le quotidien  toulousain, toujours complétés et illustrés par vos photographies.

Pour toutes ces raisons là, lAcadémie  du Languedoc, senorgueillit ce soir de vous intégrer au sein de ses Membres Associés, elle vous accueille avec joie, et elle vous félicite, très chaleureusement.

ONM FR GASTOU 12-12-2023

Éloge de M. François-Régis GASTOU
Chevalier de l’Ordre National du Mérite

Salle des Illustres au Capitole le 12 décembre 2023

 par Michel CARRIER Secrétaire général adjoint, webmestre (33ème fauteuil)
——————

Monsieur le maire, Messieurs les Présidents et Secrétaire perpétuel de l’Académie,  Mesdames et Messieurs les Académiciens, Mesdames et Messieurs.

Monsieur François-Régis GASTOU, retraité, a eu une vie professionnelle et extra-professionnelle intégralement vouée aux arts, à la culture et à autrui.

Je ne commenterai pas ici ses études avec en point d’orgue l’École des Beaux Arts de Toulouse, période pendant laquelle il a été élève de l’Atelier Raymond Espinasse, ni son parcours professionnel exemplaire au service de la mairie de Toulouse qu’il termina en tant qu’Ingénieur en Chef avec en fil d’Ariane : l’art, toujours en filigrane.

J’insisterai davantage ici sur ce qui fait de la vie et de l’œuvre de François-Régis GASTOU une personnalité remarquablement attachante, digne de la reconnaissance des artistes, des érudits et de la société toute entière.

François-Régis GASTOU est un artiste confirmé : peintre, lithographe graveur, caricaturiste. Mais quelle coïncidence : il y a exactement 60 ans, du 3 au 10 décembre 1963 au Centre d’Instruction de Division Blindée de TREVES en Allemagne où il était incorporé, François Régis GASTOU disposait sa première exposition de peintures et encres de chine au club des officiers. Dès l’âge de 23 ans, en 1965, il exposait à la Galerie Chappe de Toulouse. Tout au long de sa carrière les expositions se sont succédé toujours avec succès : Pau, Bayonne, Tarbes, Paris mais aussi à l’étranger Allemagne, Espagne, Belgique…

Dès 1964 et en parallèle à son activité professionnelle au sein de la municipalité de Toulouse, il devient architecte d’intérieur et créateur de modèles. Dans ce domaine il excelle avec des créations toutes plus originales les unes que les autres  et qui ont le privilège d’avoir été fabriquées et distribuées par de grandes entreprises françaises.

En tant qu’architecte décorateur il prêtera son concours, toujours éclairé, à l’Ambassade de Belgique et à différentes foires internationales : Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Marseille, Metz…

Toujours dans le domaine de l’art pictural François-Régis GASTOU – à la fois Caricaturiste et Affichiste – avait et a toujours une double et remarquable corde à son arc.

Il faut le voir encore croquer brillamment l’air de son temps (dernièrement le coronavirus, les masques ou le confinement) avec humour et bienveillance. Mais je pense que c’est en particulier en tant qu’affichiste que François-Régis GASTOU laissera à la postérité la plus belle trace de son talent. D’abord par ses œuvres : plus de 100 affiches éditées entre 1964 et 2020 pour les plus grandes marques ou les plus grands évènements. Mais également par la création à Toulouse du « Centre de l’Affiche-Mairie de Toulouse » plus souvent nommé par les Toulousains « Musée de l’Affiche », qu’il dirigea de 1983 à son départ à la retraite.

C’est dans ce cadre que la personnalité dynamique, attachante et rayonnante de François-Régis GASTOU a pu librement s’épanouir, révélant la quintessence de son investissement. Organisateur de nombreuses expositions, toujours disponible pour les élèves, collégiens, lycéens et étudiants, il commentera bénévolement de nombreuses visites avec l’œil de l’expert, la foi de l’artiste et le sens de la pédagogie et du dialogue.

Reconnu par le monde éducatif, François-Régis GASTOU assurera, en tant que vacataire, des cours dans différents établissements de l’enseignement supérieur (Université du Mirail, IUT Paul Sabatier département de Documentation-Communication) ou du second degré. Je sais, pour avoir été à cette époque directeur du département de Génie mécanique de l’IUT Paul Sabatier que ses prestations étaient accueillies avec beaucoup de bonheur par les étudiants. Il s’agit encore ici de son engagement sans faille pour l’Art qu’il défend et de son rayonnement personnel.

Son activité picturale s’est doublée d’une activité littéraire abondante de haut niveau. Auteur de trois livres édités (Editions Loubatières et Savès Patrimoine), il a dirigé de 1989 à 2009 plus de 20 ouvrages et plaquettes sur les Affichistes et l’Histoire de l’Affiche. Enfin, toujours de 1983 à 2009 il a créé et présenté plus de 80 expositions d’affiches et d’affichistes pour lesquelles il a dirigé plus de 25 catalogues.

Très investi dans la vie de son quartier, François-Régis GASTOU a créé et animé pendant 10 ans en tant que directeur de la publication le journal mensuel « L’Oie de Saint Cyprien ». Ce journal, distribué gratuitement et très attendu par ses lecteurs, apportait information, culture et humour, conformément aux qualités qui caractérisent la personnalité de son créateur.

Mais cette facette de la vie de François-Régis GASTOU vouée à l’Art n’est pas son unique facette.

Sa personnalité altruiste et généreuse lui imposait de se consacrer encore davantage aux autres et c’est ainsi que parallèlement à tout ce qui précède, François-Régis GASTOU a toujours fait preuve d’un grand désir d’engagement permanent. Il a été membre de la Jeune Chambre Économique de Toulouse, Président fondateur du Club des Cartophiles Collectionneurs d’Affiches, Président fondateur de « Numis-Carto-Phila » et Membre du Comité officiel des Fêtes du Grand Fenêtra.

Reconnu pour toute son activité culturelle, il a été installé en 1980 en tant qu’Académicien du Languedoc au 54ème fauteuil. Il aurait pu alors se satisfaire de cette reconnaissance mais son esprit de dévouement l’a conduit à accepter en 2009 le poste de Secrétaire Général de cette Académie du Languedoc qu’il occupe toujours à ce jour. Je puis affirmer qu’il accomplit dans cette fonction un excellent travail, assurant la permanence du lien entre les Académiciens et garantissant le niveau culturel des travaux qui y sont réalisés.

Dans cette vie magnifiquement réussie, je ne saurais oublier l’accompagnement permanent et efficace de son épouse Dany.

Le grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite vient justement reconnaitre et récompenser l’investissement remarquable, le parcours exemplaire et les mérites exceptionnels de François-Régis GASTOU.

Monsieur François-Régis GASTOU, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, nous vous faisons chevalier de l’Ordre National du Mérite.

 

Annette CUNNAC 12-12-2023

Annette CUNNAC membre associée

12 décembre 2023
Salle des Illustres au Capitole TOULOUSE

Présentation par Michel Carrier (33ème fauteuil)

Monsieur le Maire, Messieurs les Président et le Secrétaire général, Mesdames et Messieurs les Académiciens, Mesdames et Messieurs,

Nous accueillons aujourd’hui Annette CUNNAC qui va devenir Membre associée de notre Académie. Annette CUNNAC n’est pas une inconnue de notre Académie puisque le 24 novembre 2022,  elle recevait, déjà dans cette salle des Illustres, des mains de notre confrère Bernard POUILHES, le prix de peinture Renée ASPE.

Cette languedocienne née à Rabastens qui a poursuivi ses études à Albi puis à Toulouse a toujours été passionnée par la peinture. Même si son parcours professionnel l’a empêchée de s’y adonner autant qu’elle l’aurait voulu, depuis 1983,  où elle est arrivée à Toulouse, Annette CUNNAC rattrape le temps perdu. Elle a suivi  en particulier les  cours du soir de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse où elle a acquit de solides bases en dessin et en peinture auprès de Pierre Darques. Elle a également complété cette formation en s’inscrivant à l’Académie de dessin de Toulouse.

Mais revenons à l’essentiel : sa peinture. Les tableaux d’Annette CUNNAC son généralement peints directement sur le motif. Que ce soit peintures ou pastels, c’est particulièrement le cas pour toute son œuvre sur les berges de Garonne ou les paysages tarnais agréablement vallonnés de sa région natale : Rabastens, Sénoulliac, etc.

Mais de ses voyages Annette CUNNAC a également ramené de nombreux sujets de toiles : temples Khmers au Cambodge, instants de vie saisis en Ethiopie ou en Chine. Au regard de ces peintures on est surpris par le voyage visuel, la qualité picturale, qui capture l’essence de la vie avec sensibilité et cet univers où la réalité se mêle à l’imagination. Elle dit d’ailleurs d’elle même : 

« Je peins ce que mon regard saisit et me fait ressentir à des moments vécus bien précis, que ce soit un paysage sublimé par une lumière fugace ou une scène de vie colorée ».

Au-delà de son talent incontestable, Annette Cunnac incarne une humilité et une générosité rares. Sa passion pour l’art se transmet non seulement à travers ses œuvres, mais également à travers sa volonté de partager avec la communauté artistique.

C’est ainsi qu’en 2014 elle est nommée Sociétaire des Artistes Français, et participe au salon annuel des Artistes français dans le cadre d’ « Art en Capital » à Paris au Grand Palais.

Elle réalise régulièrement des expositions personnelles et prend part à des salons au cours desquels elle a reçu de nombreuses distinctions. Je ne puis citer ici toutes les expositions auxquelles elle a participé ou qu’elle a elle-même organisé car ce serait beaucoup trop long. J’en ai compté plus de trente depuis 2015.

 

Annette CUNNAC est une artiste remarquable dont le travail est empreint d’une grande sensibilité, d’une maitrise technique aboutie, d’une expression artistique profonde et authentique.

 

Au sein de notre belle Académie, par son talent, sa vision, son inspiration et son dévouement envers l’art,  Annette CUNNAC enrichira le panel déjà remarquable des artistes qui y siègent.

Applaudissons la nouvelle Membre associée de l’Académie du Languedoc.

Cérémonie solennelle du 12 décembre 2023

Académie du Languedoc

Séance solennelle du 12 décembre 2023
Salle des Illustres au Capitole
Toulouse

Pour obtenir les photos du photographe professionnel BELMONTE, cliquez ici.

Allocution du Maire de Toulouse ou de son représentant M. Francis GRASS

Allocution su Secrétaire perpétuel Jean-François GOURDOU

Remise de l’insigne de chevalier de l’Ordre National du Mérite à François-Régis GASTOU secrétaire général de l’Académie :

Photos de la cérémonie de remise ONM à FR Gastou (cliquer ici)

Allocution préliminaire de Sylvain Besançon Président de l’ANMONM 31

Allocution et remise de l’insigne par Michel Carrier

Remerciements de François-Régis Gastou

Séance solennelle d’automne salle des Illustres au Capitole

Photos de la séance solennelle d’automne (cliquer ici)

Présidences d’honneur :

Général de corps d’armée Jean-Paul RAFENNE 
éloge par JF Gourdou Secrétaire perpétuel de l’Académie

Professeur Pierre Esplugas-Labatut
éloge par Henri Cousse Président de l’Académie

Membres associés :

Docteur Laurent ARLET
présenté par Bernard POULHIES 29ème fauteuil

Annette CUNNAC
Présentée par Michel CARRIER 33ème fauteuil

Jacques ANDRIEU
présenté par Maryse CARRIER 52ème fauteuil

Remerciement au Lycée Gabriel PERI

Mmes Sendreau, Mimiague (Proviseur) et M. Condoumy

Remise de Prix :

Prix du scénario Raymond BORDE à Aude ERMET pour « Un verre de rosé très clair très frais »
présentation par Maryse Carrier 52ème fauteuil

Prix de la création artistique à Emile PENA
présenté par Alain DREUILHE 20ème fauteuil

Prix Albert CAMUS à Roland de MALHERBE
présenté par Jean-François GOURDOU 1er fauteuil

Prix de peinture Raymond ESPINASSE à Anne JOANA
présentée par Louis GALTIE 17ème fauteuil

Prix de musique Claude NOUGARO à José PHILLATREAU
présenté par Chantal DOUNOT 45ème fauteuil